Jouez sans télécharger de logiciel

pub inspecteurbonus

Après avoir fait le buzz avec la sortie de sa machine à sous Legacy of Egypt, Play’n’Go remet le couvert pour un nouveau lancement. Au début du mois de novembre, il a présenté le jeu Doom of Egypt sur l’ensemble de ses plateformes. Comme son nom l’indique, il reprend le thème fétiche du fournisseur, le pays des pharaons. Ce titre se démarque cependant à différents niveaux de ses prédécesseurs ainsi que de ses concurrents directs. Il profite d’une réalisation soignée et d’une ambiance mystérieuse. Son gameplay quant à lui est un concentré de pur bonheur pour les amateurs de free spins et de symboles Expanding. Son véritable réside cependant dans ses nombreuses lignes de paiement qui permettent de remporter jusqu’à 250 000 pièces !

Un mini jackpot progressif

Le fournisseur de jeux en ligne Play’n’Go figure parmi les cadors de l’industrie. Il est reconnu internationalement pour la qualité de ses jeux et la générosité de ses gameplays. Après le retentissant succès de Legacy of Egypt, il a décidé de sortir Doom of Egypt. Le jeu est toujours centré sur l’Égypte, mais il adopte un ton plus sombre. La véritable innovation réside cependant au niveau du gameplay. Celui-ci se présente comme un des plus dynamiques du marché. Doom of Egypt possède 5 rouleaux et 3 rangées pour 10 lignes de paiement. Il utilise des bonus classiques qui ont déjà fait leur preuve comme le WILD. Pour rappel, il s’agit d’un joker qui peut remplacer n’importe quel symbole de base. Un SCATTER est aussi au programme et il permet d’activer le mode free spins.

Durant celui-ci, un symbole est choisi au hasard afin de devenir Expanding. Le cœur du gameplay quant à lui se situe dans le mini jackpot progressif disponible sur le jeu. Grâce à une configuration originale, Doom of Egypt peut libérer jusqu’à 250 000 pièces sur une seule partie. Dans les bonnes dispositions, il est donc possible de décrocher le million sur ce jeu ce qui le rend particulièrement impressionnant. Les machines à sous capables de libérer ce genre de gains doivent majoritairement utiliser un jackpot progressif.

Plus sombre, plus mystérieux

Le fournisseur Play’n’Go nourrit une vraie fascination pour l’Égypte en ce moment. Doom of Egypt se démarque cependant de ses autres créations sur le même thème. En dehors de son approche plus sombre, le jeu profite aussi de graphismes plus soignés et modernes. Les animations quant à elles sont juste sublimes. Cerise sur le gâteau, la bande-son propose une expérience prenante et immersive.

Durant le mois d’avril, le casino Stars Gold Coast a fait la une des journaux spécialisés suite à un conflit avec un joueur. Celui-ci refusait de payer ses dettes après avoir perdu plus 30 millions de dollars au baccarat. Selon lui, les croupiers ont fait trop d’erreurs ce qui a faussé le résultat de certains coups. L’établissement a riposté avec une action en justice, mais le tribunal a tranché en sa défaveur. Il s’agit d’une première dans l’histoire des jeux de casino.

Résumé de l’affaire

Tout commence en avril lorsque Wong Yew Choy décide de séjourner au Stars Gold Coast en Australie. Le complexe casinotier dispose de sa propre salle et propose des tables High-stakes pour les joueurs VIP. Wong Yew Choy va régulièrement jouer dans l’établissement. Au bout d’une semaine, il se retrouve avec une balance négative. Il doit 30,6 millions de dollars à la maison. Grâce à son statut de privilégié, il a pu partir en laissant simplement un chèque. Malheureusement, l’affaire va prendre un tournant inattendu lorsque le casino tente d’encaisser l’argent. Wog Yew Choy a en effet fait opposition au paiement. Selon lui, les croupiers sont responsables de ses malheurs aux tables. Ceux-ci auraient enchainé les erreurs en sa défaveur.

Le Stars Gold Coast, de son côté, exige le paiement de la somme due. Il a donc choisi d’entamer une procédure judiciaire contre son client. L’affaire a été gérée par la Cour Internationale de Singapour. Celle-ci a donné raison à Wong Yew Choy. Selon les lois singapouriennes, les dettes de jeu ne peuvent être réclamées que si elles ont été contractées dans un des casinos terrestres du pays. Comme les 30 millions ont été perdus en Australie, légalement, Wong Yew Choy est libre de ne pas payer son addition.

Une première

Dans l’histoire des jeux de casino, le cas de Wong Yew Choy et du Stars Gold Coast est unique en son genre. Les casinos arrivent en effet toujours à obtenir leurs dus. Il suffit de se pencher sur l’affaire qui oppose Phil Ivey au Borgata pour s’en rendre compte. Malheureusement pour le Stars Gold Coast Casino, il semblerait qu’il soit tombé sur plus fort que lui. Il n’est cependant pas décidé à baisser les bras. Il a prévu de faire appel de la décision de justice.