Jouez sans télécharger de logiciel

pub inspecteurbonus

La Société des Bains de Mer de Monaco vient d’annoncer un partenariat avec la firme Galaxy Entertainment Group pour construire un casino terrestre au Japon. Les deux sociétés ont soumis leur candidature auprès du gouvernement japonais après que celui-ci a adopté le projet de loi visant à régulariser le marché des casinos sur son sol. Les conditions pour obtenir une licence ne seront toutefois dévoilées que l’année prochaine.

Le nouveau marché à exploiter

Le Japon se trouve actuellement au cœur de tous les désirs des opérateurs de casinos. Ces derniers souhaitent tous en effet investir sur ce marché particulièrement prometteur. Pour le moment, seules deux licences ont été octroyées par le gouvernement. D’autres opérateurs devraient rapidement rejoindre cette liste restreinte aussitôt que ce dernier aura défini les conditions d’obtention d’une autorisation d’exploiter un casino sur son sol. Parmi les plus importants se trouvent Las Vegas Sands, MGM Resorts et Melco Crown qui se disent tous prêts à investir jusqu’à 10 milliards de dollars dans un établissement japonais. Selon les analystes, les deux premiers casinos du marché nippon devraient générer 40 milliards de dollars de revenu par an, soit largement plus que l’ensemble des établissements de Macau.

Un partenariat de taille

La Société des Bains de Mer de Monaco possède de nombreux actifs dans l’hôtellerie de luxe et les casinos. Créée en 1863, elle est détenue à 60 % par l’État de Monaco. Pour son aventure nippone, elle a décidé de se tourner vers un opérateur tout aussi imposant qu’elle à savoir Galaxy Entertainment Group. Pour rappel, ce dernier est détenu par le milliardaire Lui Che Woo, le deuxième casinotier le plus riche du monde derrière Sheldon Adelson.

Les histoires de gagnants du loto peuvent parfois se révéler tragiques. Heureusement, la majorité d’entre elles connaissent toujours une fin heureuse. Il arrive même que celle-ci soit particulièrement touchante comme cela a été le cas pour ces deux joueurs.

Le bonheur à retardement

La première histoire correspond à celle de ce grand-père australien qui aimait jouer à la loterie. Un peu étourdi, sans aucun doute à cause de son âge, il perd son ticket gagnant. Il a ainsi vu la coquette somme de 1 020 496 dollars lui filer entre les doigts. Quelques moins plus tard, il décide de nettoyer sa voiture. Il tombe alors sur un vieux sachet en plastique. En le fouillant, il retrouve son ticket chanceux. Il se rend immédiatement sur le site de la Loterie australienne pour vérifier les chiffres inscrits sur celui-ci et découvre le montant de son gain. Heureusement, pour ce joueur, les tickets de loterie n’ont pas de date d’expiration en Nouvelle-Galles-du-Sud.

Une surprise en direct

La seconde histoire est celle de cette présentatrice de météo sur la chaine espagnole Telemadrid. En pleine séance de maquillage, elle apprend en direct qu’elle vient de remporter la cagnotte de 400 000 euros au tirage d’El Gordo. La particularité de cette histoire ? Elle est commune à plusieurs habitants de la même commune. La loterie « El Gordo » met en effet en circulation plusieurs tickets similaires dans le même espace géographique. À noter que contrairement aux gagnants du loto, la présentatrice a décidé de garder son travail.