Jouez sans télécharger de logiciel

pub inspecteurbonus

Dans le monde des jeux d’argent et de hasard, Malte a toujours représenté l’innovation en termes de régulation et de législation. Ce petit pays de 400 000 habitants a en effet été le premier à réguler les jeux d’argent en ligne, il y a 10 ans de cela. Aujourd’hui, l’île de Malte se prépare pour devenir le premier pays à réguler les jeux de casino sociaux.

Une clientèle d’un milliard de joueurs en 2015

Le secteur des jeux de casino sociaux représente sûrement l’avenir des jeux d’argent pour de nombreuses raisons notamment la vulgarisation de l’accès aux appareils mobiles. De plus en plus de personnes se tournent en effet vers ces gadgets pour accéder à internet et à leur jeu de casino préféré. D’ailleurs, les magasins en ligne de jeux sociaux figurent parmi les sites les plus visités obligeant des plateformes de création de site comme WORDPRESS à adapter leur logiciel pour les appareils mobiles.

Afin de bénéficier des revenus de ce secteur en pleine expansion et inspirée par le succès de Candy Crush, l’Autorité des Jeux de Malte est en train de mettre en place des dispositifs pour réguler et légaliser les jeux de casino sociaux. D’autres pays pourraient également emboiter le pas notamment la Belgique et l’Espagne.

Protection du client

L’initiative de Malte pour régulariser les jeux de casino sociaux serait également motivée par le désir de protéger les mineurs. Malgré l’utilisation d’argent réel et au vu de la facilité d’accès aux jeux, le secteur ne possède aucune règle spécifique par rapport à la protection des joueurs.

Le futur casino de Marseille reste encore à la recherche de son lieu d’implantation. Après avoir fait face aux controverses et aux refus de divers hauts responsables, le projet avait en effet finalement trouvé une issue favorable. Cependant, le lieu de son implantation reste un mystère pour tous.

Où se trouvera-t-il ?

Le futur casino de Marseille devait à l’origine se situer au même endroit que l’ancien siège de la SNCM à la Joliette. Cependant, le lieu s’est révélé excessivement étroit et limité pour accueillir les 300 machines à sous du casino.

Ensuite, des idées ont commencé à immerger concernant la possible implantation du casino sur le J4. Face à une vague d’opposants argumentant sur la proximité de l’emplacement avec le Mucem ainsi que sa valeur culturelle, cette idée a également été abandonnée. Puis, il a été décidé de construire le casino de Marseille sur le J1 afin d’attirer les touristes. Ici encore, les problèmes d’emplacement et de logistique ont obligé les autorités à renoncer au site.

Finalement, la municipalité envisage de confier le casino à un opérateur qui prévoit de construire un complexe casinotier. Le groupe Barrière a été évoqué sans davantage de précision. De son côté, le groupe confie être intéressé par le projet. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que le casino se situera sur la façade maritime.

Un projet controversé

Le problème d’emplacement ne constitue pas le premier obstacle que le futur casino de Marseille a rencontré. Ce projet a en effet suscité de vives controverses notamment du côté des responsables UMP. Heureusement, ces derniers voient désormais dans ce projet une opportunité pour créer 200 emplois, booster le tourisme et engranger entre 5 et 7 millions d’euros de recettes fiscales.