Jouez sans télécharger de logiciel

pub inspecteurbonus

Alors que la crise fait toujours des siennes et que le chiffre d’affaires du secteur des jeux de casino chute librement, d’autres conflits viennent noircir le tableau. Dans le Var, trois nouveaux projets de casinos suscitent les débats dans un département qui possède déjà cinq établissements. Si les projets arrivent à terme, le Var se retrouverait avec huit casinos distancés de quelques kilomètres. Pour les anciens casinos, ceci se révèle être intolérable, car la clientèle disponible ne suffira pas pour faire tourner les huit établissements. Ceci conduirait à leur perte à tous.

Du point de vue des projets

En juillet 2012, un casino provisoire a ouvert aux Sablettes à La Seyne. Cet établissement est en attente de la mise en place définitive et déplore l’attitude des anciens casinos. Selon son directeur, Dylan Peyras, la fermeture de son établissement à la suite du procès entamé par le groupe Partouche, conduirait à la perte de 60 millions d’euros pour la commune. Cette somme représente la part du PBJ reversé à la commune sur 20 ans. De plus, 50 salariés seraient au chômage alors que selon lui, il existe suffisamment de demandes pour augmenter l’offre. Une vision partagée par un autre casino provisoire qui se trouve à Fréjus.

Du point de vue des anciens

Pour les anciens casinos, ces casinos provisoires engloutiraient 25 % de leur chiffre d’affaires. Comme ce fut le cas pour le casino de Saint-Raphaël, dirigé par Hilario Aznar qui a perdu 25 % de son chiffre d’affaires à cause de l’établissement de Stéphane Hourcastagnou. La fin de cette affaire devrait avoir lieu le 6 février, date du jugement du tribunal par rapport à la demande du groupe Partouche de l’annulation des trois projets.